lundi 4 avril 2011

Eco trail de Paris...

Quelle aventure!!! A renouveler si je veux voir la fin...

En compétition, on ne fait pas toujours ce que 'on veut, même quand on se sent très bien. Des scénarios imprévus peuvent survenir et miner tous les espoirs rêvés. Il faut accepter ce qui arrive, se dire que c'est comme ça et que si c'était à refaire, on essayerait peut-être autre chose. A voir...

Avec du recul, je me dis que j'y retournerai, car j'ai appris pas mal de choses ce week-end là...

Des regrets, évidemment, un peu de déception, mais on ne peut s'arrêter sur ça... Rebondir et repartir vers l'avant.

Déçu avant tout pour Gilles, Sandrine, Bernadette et Dan qui m'ont suivi en live durant cette journée et qui ont fait le maximum pour m'apporter leur aide, et quelle aide. Chapeau à eux. De vrais pro...

Et la course?

En ce samedi 26 mars, il fait beau, même très beau au départ... J'arrive vers 11h45 sur le site. Dernier échange au téléphone avec Nono avant de me rendre vers la ligne. Il y a du monde et du beau monde. J'entends même au micro que Fabien Antolinos est présent. Il remportera cette course avec panache.

Un échauffement hyper court... genre 200m juste pour régler le porte gourde...

12h30 et c'est le départ: L'objectif du début, ne pas partir trop vite... Stratégique ou erreur, on ne le saura jamais.

N'empêche! ça part très vite. Certes, le parcours est un vrai billard. Devant, ça envoie à 3'50'' au km... Il va y avoir des morts... Moi, je me freine tant bien que mal. Je navigue aux alentours de la 20ème place, aux côtés d'Antoine (Allongue), Bobchou et Franck Bussière...

Après 15km, je me retrouve seul vers la 15ème place.

Buc approche et c'est en 12ème position que j'arrive pour changer de sac. tout va pour le mieux. Devant, ils ne sont qu'à 4'.

Ce ravito, il ne fallait pas le louper, car on part pour au moins 34km et avec cette chaleur, on va avoir soif.

Par la suite, je remonte petit à petit des gars jusqu'à un coureur en rouge. Un peu devant, j'aperçois Denis Morel.

Dans une descente, il se retourne et me dit qu'il n'y a plus de rubalises. Je lui dis que l'on est le long d'un mur et que c'est peut-être normal... 700m plus loin, effectivement, il n'y a rien. Qu'est-ce que j'ai fait? Hé ben, j'ai juste suivi bêtement, sans surveiller au tracé. Je repars dans la côte et accélère. Après quelques minutes, je me retrouve en face de Christophe (bobchou)!

Il me dit que ce n'est pas grave et que c'est encore long... Oui, mais quand même. Je panique un peu... C'est la première fois que je m'égare autant.

Je repars sur le single que je reconnais. Je ours trop vite à mon avis à ce moment-là...

3 km plus loin, j'arrive à un carrefour en pleine forêt, et là, sympa, des coureurs qui arrivent de partout. On se retrouve à une douzaine. Malheureusement, je ne reconnais pas les premiers... Un belge, Franck Bussière, Antoine et quelques autres... Nouvelle galère... Débalisage volontaire... Où aller? J'aperçois des promeneurs et une moto au loin. J'y vais immédiatement. Il m'indique qu'ils ont réorienté les premiers par là... Depuis combien de temps? Ils m'annoncent environ 10'... Mais qu'est-ce que j'ai à demander ça?

Je retrouve enfin après 500m de la rubalise. Je préviens Antoine et continue ma route. Je sens que je suis un peu sur les nerfs. C'est comme ça.

Je me tromperai encore une dernière fois, en me retrouvant derrière des vtt. Heureusement, pas longtemps...

Maintenant, j'aimerais bien savoir où j'en suis...

34ème km réel (un peu plus pour moi, lol, 36,3 exactement...)

Je vois Sandrine au loin. ça fait du bien. Bernadette est avec elle. Dan est un peu devant. Il m'annoncera qui est devant.

3' tout rond seulement de la tête!!! Hé ben... Je dois aller trop vite... L'erreur.

198952_10150448062035191_358590710190_17938438_2335780_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

500m plus loin, je reviens sur Erik Clavery et Denis Morel... Ils me laissent passer. Ils ne m'ont pas l'air d'être top!!!

Au lieu de temporiser, je repars de plus belle et creuse l'écart... Quelques km après, j'aperçois Manu Gault et le Malgache en haut d'une côte. Ils marchent. Là, je temporise davantage. J'en profite pour bien me ravitailler. A l'observatoire de Meudon, je suis donc 4ème. Inespéré il y a quelques km. Contrôle du matos: Ils me demandent le brassard, la frontale, la couverture et la pièce d'identité... Hé ben... heureusement, tout est mis en évidence. Je repars à la poursuite de Manu Gault que je vois à 300m environ.

Il fait toujours aussi chaud et j'aimerais bien voir Chaville pour boire de l'eau. Cette partie de la course est changée par rapport à la reco. Ce sera longde ralier le ravito. Depuis quelques km, je me sens moyen.

J'arrive à Chaville avec Denis Morel qui est revenu. Je me senspas top du tout. Mes cuisses sont dures. J'avale une banane et du coca, change de maillot. Je n'ai pas envie de repartir vite, même si après , ils me diront que j'étais parmis les plus rapides. Ils m'annoncent que les autres ne vont pas forcément bien. Et moi, me dis-je dans ma tête?

Je repars, mais que c'est dur. Les km qui suivraont seront galères. Plein de choses me passent par la tête... Ma fougue des km à revenir de l'arrière,...

Je bois beaucoup pour essayer de me reprendre. En vain...

Erik revient sur moi, et je ne peux le suivre... Je baisse les bras petit à petit...

Je commence à porter ma croix, comme dirait un trailer à la rue...

La suite sera longue, très longue jusqu'à Saint Cloud où j'arrêterai...

Ben voilà... Une fin peu glorieuse...

Retour à la case départ... Des cuisses en béton... Les jours qui vont suivre vont être durs...

Bravo à tous les finishers... Eux auront été plus courageux que moi...

Bien sympa la présence sur le parcours de Fabrice (Compressport) pour nous encourager, et le passage de Bran avant son périple du Ventoux...

 

Posté par rde_paepe à 22:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Eco trail de Paris...

    Eco trail 2011

    Moi je te trouve impressionnant Romu, de part en lisant cet article on trouve en toi une grande humilité , ce qui fait selon moi la force d'un athlète, mal grès un échec si je puis dire comme celui-ci tu c'est imposé une force qui est le mental et pour cela je te trouve exemplaire et j'ai tout simplement envie de prendre exemple sur toi ! Alors je te souhaite de vite passer a autre chose car un athlète comme toi doit rebondir et nous montrer des chose que personne d'autres doit être capable de faire, je te dit bravo, car à coté de la victoire d'une course, il y a la victoire de l'athlète et dans cette aventure je peut t'assurer que tu en sort 1er. A bientot

    Posté par jonathan, mardi 5 avril 2011 à 08:30 | | Répondre
  • Que de stress...

    L’attente au ravito (72éme km), pendant 2h00, des tas de questions…alors qu'on t'a vu passer au 56ème km, en bonne position, (presque) lucide, et de te découvrir, …enfin, marchant, un (peu) livide, découragé et tout le reste …ça fout les "boules" de te voir ainsi (j'avais mal pour toi, ça, je ne te l'avais pas dit), alors que tu étais prêt (au top) mais c’est le sport de compétition, ça arrive à tout le monde …j'ai connu cela !!!
    Allez Romu, ce n'est que partie remise !!!!!!

    Posté par Dan60, mardi 5 avril 2011 à 10:01 | | Répondre
  • Très chouette ton CR mon Romu. Maintenant, il faut en puiser quelque chose de bien, de positif pour les fois prochaines, c'est ce qui doit te rendre plus fort la prochaine fois.... et bien repenser ta stratégie!!
    Bises mon Romu et à bientôt.

    Posté par thierry, mardi 5 avril 2011 à 21:16 | | Répondre
Nouveau commentaire